ANOMALIES CHROMOSOMIQUES

 

DEFINITION 

On appelle anomalie chromosomique tout remaniement du nombre ou de la structure des chromosomes.

Ces remaniements peuvent s'observer de manière constitutionnelle (ils sont alors présents dès la naissance) soit de manière acquise au cours de processus malins (ils ne sont observés alors qu'au niveau des cellules tumorales).

Ils résultent d'un accident survenant soit au cours de la méiose, soit au cours d'une mitose. Ils peuvent impliquer un ou plusieurs chromosomes.

On reconnaît par ailleurs les anomalies dites homogènes (quand toutes les cellules examinées portent l'anomalie) et les anomalies en mosaïque quand une fraction seulement des cellules est anormale).

Leurs conséquences sont variables en fonction du remaniement considéré.

En règle générale, les remaniements dits équilibrés (c'est-à-dire sans perte ni gain de matériel génétique) n'ont habituellement pas de conséquence pour le sujet porteur alors que les remaniements déséquilibrés se traduisent par des manifestations cliniques d'autant plus graves que la perte ou le gain de matériel est plus important.

 

                                                    LES ANOMALIES LIEES AU NOMBRE

 

Elles résultent d'une mauvaise ségrégation des chromosomes au cours de la division cellulaire, les deux chromosomes d'une paire migrant tous les deux vers la même cellule fille.

On obtient une cellule fille avec trois copies du même chromosome (soit 47 chromosomes) et une deuxième cellule fille avec une seule copie (soit 45 chromosomes).

Ces malségrégations peuvent s'observer aussi bien au cours de la mitose (la mitose désigne les évènements chromosomiques de la division cellulaire. Il s'agit d'une duplication « non sexuée » (contrairement à la méiose). C'est la division d'une cellule mère en deux cellules filles.) que de l'une des deux divisions de méiose.

Dans ce dernier cas, un des gamètes formés aura deux copies d'un chromosomes (oeuf trisomique après fécondation) et son complémentaire une seule (oeuf monosomique après fécondation).

Les malségrégations méiotiques sont habituellement accidentelles, mais elles sont favorisées par l'accroissement de l'âge maternel et par l'existence de certains remaniements chromosomiques chez l'un des parents.


LES CONSEQUENCES DES ANOMALIES DE NOMBRE :

 

Ces anomalies sont bien sûr toujours déséquilibrées, mais certaines sont viables :

         - la plupart des anomalies des gonosomes (chromosome sexuel)

         - pour les autosomes, les trisomies 21, 13, 18, homogènes ou en mosaïque et les trisomies 8 et 9 en mosaïque.

rappel : Est dit Autosome tout chromosome autre que les chromosomes sexuels X et Y. Il y a 22 paires d'autosomes dans les cellules  humaines, soit 44 chromosomes non sexuels.

 

LE DEPISTAGE DES ANOMALIES CHROMOSOMIQUES :

 

1er OUTIL DE DEPISTAGE : L'ECHOGRAPHIE DU PREMIER TRIMESTRE

L’échographie ne fait pas le diagnostic d’anomalie chromosomique.

Elle oriente le diagnostic devant une malformation unique ou multiple, la confirmation venant de l’étude du caryotype.

Elle peut aussi signaler un « surrisque » devant des petites variantes morphologiques (signes discrets) ou un trouble de croissance.

Mais, surtout, elle ambitionne d’être un élément du dépistage de masse des aneuploïdies (en pratique, la cible est le mongolisme ou trisomie 21), associée ou non à d’autres marqueurs (âge maternel, dosages de diverses molécules produites par l’œuf).

http://www.elleraconte.com

L'échographie du premier trimestre de la grossesse est  primordiale pour la surveillance de la grossesse.

Elle seule permet de répondre aux 4 questions principales en début de grossesse :

* La grossesse se développe-t-elle bien dans l'utérus, et non en dehors ?

* La grossesse est-elle évolutive ? (détection précoce des fausses couches)

* Quel est le nombre d'embryons (détection précoce des grossesses multiples)

* Quelle est la date de début de la grossesse et ainsi la date présumée de l'accouchement

Le terme de 11 semaines est le terme minimum pour évaluer le risque d'aneuploïdie* par mesure de la clarté nucale*. À ce terme l'embryon mesure 45 mm et son aspect extérieur macroscopique est définitif. Théoriquement les malformations externes majeures sont toutes visibles.

* aneuploïdie : caractérise une cellule qui, suite à une mutation, ne possède pas le nombre normal de chromosomes.

* clarté nucale : La clarté nucale, comme son nom l’indique, se situe au niveau de la nuque du fœtus.

Elle est due à un petit décollement entre la peau et le rachis et correspond à une zone dite anéchogène (c’est-à-dire qui ne renvoie pas d’écho lors de l’examen). Tous les fœtus présentent une clarté nucale au cours du premier trimestre, mais cette dernière disparaît ensuite.

Dans la plupart des cas, une échographie pratiquée à 12 semaines permet de détecter de nombreuses pathologies.

Bien entendu, cette détection dépend de nombreux facteurs qui ne sont pas tous du ressort du médecin. Le surpoids et l'obésité sont actuellement les facteurs limitants les plus importants.

Le diagnostic d'anomalie des membres est possible à ce stade, les malformations graves du cerveau sont détectables mais les malformations cardiaques ne sont pas détectables généralement à ce terme de 12 semaines.

OUTIL 2  

LA CHORIOCENTESE 

Prélèvement des villosités choriales

                                                                        vu sur http://medgen.unige.ch/cytogenetics/chorio.html 

 

La CHORIOCENTESE  a lieu entre la 10ème et 11ème semaines de grossesse.

La choriocentèse permet de réaliser un caryotype, à partir des cellules des villosités choriales (le futur placenta) et de vérifier les chromosomes de l'enfant à naître.

Cette analyse est particulièrement recommandée lorsqu'une perturbation d'un gène est à l'origine d'une maladie connue de la famille, pour laquelle il existe un diagnostic prénatal.

 Lorsque le placenta a été localisé par échographie, le gynécologue introduit un mince tube - le cathéter - par voie vaginale, à travers le col de l'utérus, jusqu'à l'endroit où se situent les villosités choriales du placenta, où il prélève un échantillon.

Les villosités choriales sont faites de cellules en pleine prolifération.

Ces cellules ont la même origine que le bébé et par conséquent possèdent, en principe, le même caryotype.

Après un jour de culture et un jour de préparation technique, 15 à 20 cellules en division sont examinées par le généticien. Le délai d'obtention des résultats varie entre 4 à 7 jours.

Un prélèvement par amniocentèse peut être indiqué lorsque la qualité de la préparation est jugée insuffisante ou si le résultat chromosomique doit être confirmé.

POUR TOUT SAVOIR SUR LA CHORIOCENTESE visitez cette page extrèmement bien faite et complète http://medgen.unige.ch/cytogenetics/chorio.html

 

OUTIL 3

L'AMNIOCENTESE

L'amnocentèse consiste à prélever stérilement du liquide amniotique pendant la grossesse.

La plupart du temps, ce prélèvement est effectué pour analyser et compter les chromosomes foetaux.

C'est une méthode de dépistage de la trisomie 21 chez les femmes enceintes, en principe âgées de 38 ans jusqu'à 41 ans.

Sa pratique est soumise au consentement des futures mères, tout comme le dépistage dit des marqueurs sériques sanguins de la mère, contrairement à l'échographie du premier trimestre qui est obligatoire.

C'est une procédure médicale invasive utilsée pour le diagnostic prénatal dans laquelle 20 ml de liquide amniotique sont extraits de la cavité amniotique dans laquelle se trouve le foetus.

Elle est pratiquée à partir de la 14ème semaine d'aménorrhée jusqu'à la fin de la grossesse.

Elle permet : 

* d'établir le caryotype standard du foetus,

* de rechercher certaines infections foetales,maladies héréditaires, mais essentiellement d'éventuelles anomalies chromosomiques liées aux chromosomes X et Y, dont la plus courante est la trisomie 21. 

Elle est proposée aux femmes enceintes approchant ou dépassant la quarantaine (lorsque le risque de trisomie est statistiquement le plus grand), ainsi que dans un certain nombre de cas où les tests sanguins dits "marqueurs sériques" révèlent une perturbation des taux d'hormones et de protéines pouvant faire penser à la présence d'une trisomie 21 foetale et que l'échographie du premier trimestre de grossesse présume une irrégularité sur des proportions morphologiques (mesure de la clarté nucale, des membres, os du nez, taille de l'enfant..)

                 

                          empruntée à http://fr.wikinoticia.com

 

OUTIL 4 : 

MARQUEURS SERIQUES DU 1er TRIMESTRE DE LA GROSSESSE


Un dépistage précoce de trisomie 21 qui associe une prise de sang et une échographie est désormais possible au cours du premier trimestre de la grossesse. Il est parfois une alternative à la pratique de l'amniocentèse.

Il s'agit d'une prise de sang qui a pour objectif de doser deux marqueurs sériques, combineé à la mesure de l'épaisseur de la nuque du foetus effectuée lors de l'échographie de la 12ème semaine.
C'est un dépistage recommandé depuis juin 2007 mais n'est pas encore étendu à l'ensemble du territoire français.
Il se pratique en fin du premier trimestre de grossesse.